30 Mai 2015

Ariane

Lancé dans les années 1970, le programme Ariane est en constante évolution pour s'adapter aux exigences du marché des satellites de télécommunications. Un nouveau lanceur, Ariane 6, devrait décoller depuis le Centre spatial guyanais à partir de 2020.

Initialement issu des travaux du CNES, le programme Ariane est lancé en 1973 par l'Agence spatiale européenne afin de donner les moyens à l'Europe de mettre en orbite ses satellites sans dépendre des autres puissances spatiales. Il succède à l'échec du programme Europa initié dans les années 1960.

La 1ere version d'Ariane, Ariane 1, effectue son vol inaugural depuis le Centre spatial guyanais (CSG), le 24 décembre 1979. Elle est rapidement remplacée par des versions plus puissantes, Ariane 2, Ariane 3 et Ariane 4 qui effectuent leur 1er vol respectivement en 1986, 1984 et 1988.

Pour faire face à l'augmentation de la masse des satellites, le lanceur est ensuite complètement refondu, donnant naissance à la version Ariane 5 capable de placer jusqu'à 9,4 tonnes en orbite de transfert géostationnaire (GTO). Son 1er vol a eu lieu en 1996. Ariane 5 devient rapidement leader mondial sur le marché des lancements de satellites de télécommunications. Mais bientôt, le lancement double qui a longtemps été une force pour Ariane 5, devient un défi plus difficile à relever dans un contexte de plus en plus concurrentiel. Le marché change. Le modèle technico-économique d'Ariane doit s'adapter à une nouvelle donne.

En 2014, l'Europe décide donc de lancer le programme Ariane 6 pour réinventer une nouvelle fois Ariane. Ce nouveau lanceur conçu par les équipes du CNES, de l'agence spatiale européenne et de l'industrie, sera mieux adapté au lancement des satellites gouvernementaux et commerciaux, grâce à ses 2 versions, Ariane 62 et Ariane 64, la possibilité de rallumer son étage supérieur et la maîtrise de ses coûts de production. Un 1er lancement pourrait avoir lieu en 2020 depuis le CSG.